500 dollars auront aidé à libérer le container des contrôles. Petit flash-back de quelques jours…

Vendredi matin, notre intermédiaire local nous dit que l’inspecteur a l’impression que le numéro de série du lecteur de cd ne correspond pas à celui noté sur la liste de nos affaires, qu’il est fatigué de toutes ces vérifications, et qu’il pense renvoyer tous ces papiers à la société de déménagement. On se sent une fois de plus coincés, sans marge de manœuvre. Nous faisons à nouveau les intermédiaires. En fin d’après midi, la compagnie américaine s’étonne d’avoir eu à payer un bakchich car cela n’arrive jamais d’habitude! Mais tout est réglé et mardi, le container sera à Bogotá!

Mardi matin 5h30, miracle, le camion se gare dans notre rue et attend que nous nous réveillions… En quelques heures, tout est rentré, déballé et remonté et il fait enfin bon s’asseoir sur son canapé IKEA! Les déménageurs rient de voir des skis, un carton plein de pots de confiture vides, et autant de cartons de livres! Plus de 4 mois après avoir tout emballé en Californie, et sans être hyper-matérialiste, on se ressent enfin chez soi…

Advertisements