Après 2 mois dans la mégapole Colombienne, l’envie de s’évader (à défaut d’explorer), de ciel bleu et d’air frais, nous a poussés dans les campagnes vertes au Nord-Est de Bogotá, près de la ville de Guatavita. Habituellement sortie dominicale pour beaucoup de citadins, on y dormira deux nuits dans une charmante cabane, à peine plus étanche que notre tente de camping.

A 30 minutes (de mini van) de Guatavita, se trouve la ”Laguna de Guatavita“, lac dans un cratère qu’une météorite aurait pu former, qui a alimenté la légende de “l’El Dorado“. Le peuple précolombien “Muiscas“, y aurait déversé des tonnes d’or et d’émeraudes en offrande. Lors de certaines cérémonies, le “cacique” (chef, fils du soleil) recouvert de poussières d’or, devait briller au soleil puis se baigner dans le lac, pendant que les villageois y lançaient des objets précieux. Le “radeau d’or” au musée de l’or de Bogotá témoigne de ce rituel. Au fil des siècles, de nombreuses tentatives pour récupérer ces trésors ont été faites : vider le lac à la main, creuser un canal latéral puis souterrain,…, toutes plus ou moins vaines et souvent dramatiques. Une fois le lac asséché, la vase se serait transformé en bloc aussi compact que du béton. Les lieux sont maintenant protégés, et l’accès payant (plus cher pour les étrangers non résidents).

Pour nous, ce sera une courte balade pour y monter, dans une nature luxuriante, accompagnés d’un guide qui demandait aux Colombiens de laisser les français près d’elle afin qu’elle puisse leur traduire l’histoire… Le tour se termine au milieu des champs de pommes de terre, où les maïs grillent sur un barbecue pour les promeneurs affamés.

Advertisements