Yoi ecolodge sera notre camp de base pour 4 nuits et 5 jours d’activités en tout genre, plus ou moins sportives allant de l’observation de la faune et de la flore sur notre embarcation à la randonnée dans le parc.

Un après-midi, nous quittons l’Amazone, pour rejoindre le lac “Tarapoto” et aller pêcher le piranha, cette fois bien décidés à attraper quelque chose (cf Bolivie). La pirogue traverse l’étendue d’eau et se glisse entre les roseaux pour entrer dans le monde d’Avatar, toujours sur l’eau, mais entourés d’arbres dont les hautes branches forment un toit presque opaque. Palo coupe le moteur, prépare les cannes (une branche, un fil et un hameçon) et les appâts (du poulet) et nous fait une démo! On le sent un peu stressé jusqu’au moment où ça mord et qu’il nous sort un poisson aux dents féroces. Le guide a à coeur de bien faire les choses. Nous finirons presque tous (après 1h30) par sortir des poissons plus ou moins gros. Venu à bout de notre blanc de poulet, il est tant d’aller piquer une tête, 5 minutes plus loin, dans les eaux chaudes du lac. On vérifie d’abord que personne n’a de coupures (pas envie de devenir l’appât), et c’est sous un ciel dégagé, au soleil baissant, qu’on se régale d’un bain amazonien.

Pas vraiment envie de sortir de l’eau mais la route est longue pour rentrer au lodge, et Palo nous promet pleins de dauphins gris ou roses sur le trajet. C’est en effet une douce fin de journée, chanceuse et colorée : les dauphins jouent, chassent et le ciel s’illumine. Nous savourons l’instant, en attendant le cocktail du soir, cette fois à base de cachaça et notre pêche du jour.

Advertisements