17h, le point d’orgue d’une journée à Cartagena. Le “Cafe del Mar” ouvre sa terrasse sur les remparts, des fauteuils et tables basses qui surplombent la mer des Caraïbes. Une légère brise marine, un cocktail, un coucher de soleil. Quand on a passé la journée à transpirer dans les ruelles de la vieille ville, entre hauts murs de pierre et grandes portes colorées, les glaçons du “Coco Loco” sont un petit miracle.

Entre temps, nous passons d’un couvent à une place pavées, d’une ruelle à une belle église, en cherchant à rendre justice aux brillantes couleurs, en multipliant les clichés. Le tour des remparts prend 2 heures sous un soleil de plomb, quelques bouteilles d’eau, noix de coco fraichement décapitées, en chemin pour se rafraichir. Cette ceinture de pierre sépare la zone historique, touristique de quartiers moins privilégiés où comme souvent en Colombie, la misère n’est jamais loin.

S’hydrater, se repérer dans ce labyrinthe de rues, et essayer d’éviter les vendeurs de rues, harcelant les touristes pour leur vendre un chapeau ou une paire de lunettes sont les quelques challenges de Carthagène.

Le soir, tout est plus doux, le soleil, la lumière sur les remparts ou les balcons, et même les piments et le rhum.

Advertisements